Qu’est ce que le Guest Blogging et comment le pratiquer?

Le guest blogging… ou l’invitation lancée à d’autres auteurs à contribuer sur son propre blog. La démarche est-elle intéressée ou simplement liée à une bonne pratique d’échange et de communication ? En cinq bonnes raisons, on fait le tour de la question pour vous prouver que, oui, le guest blogging est intéressant. A condition de respecter certaines obligations.

1. Le guest blogging apporte de nouvelles idées

Oui, le guest blogging apporte de nouvelles idées. Mettez cinq personnes dans une même pièce et demandez-leur de discuter d’un même sujet : elles auront forcément plus d’opinions, de suggestions et de théories qu’une seule personne. Les intérêts divergent aussi d’une personne à l’autre.  De là à imaginer que des articles d’invités permettront d’amener un regard différent et nouveau, voire une autre dynamique, à un blog, il n’y a qu’un pas. Franchissons-le alors.

2. Le guest blogging est bon pour le référencement

Et ce qui est bon pour le référencement est plutôt bon pour l’auteur de l’article et pour le blog. Des liens optimisés dans l’article, des mots-clés réfléchis, des backlinks remarqués par les moteurs de recherche… Pour l’auteur de l’article aussi, l’avantage est notable pour son référencement, en lui permettant un lien direct vers son propre blog, pour peu qu’il y aborde des sujets qui auront déjà séduit un lectorat qu’il n’avait pas encore. Ce qui nous amène aussi directement aux réseaux sociaux.

3. Le guest blogging pour profiter d’autres réseaux

Et étendre les réseaux, c’est bien ! Partagé sur les médias sociaux de l’auteur, l’article profite des réseaux habituels… qui ne sont en général pas ceux du blog hébergeur. Du coup, l’auteur invité profite du lectorat habituel du blog et de la publicité faite sur les réseaux du blog, tandis que l’hébergeur a l’occasion d’amener de nouvelles « têtes » chez lui, qui iront peut-être, au passage, visiter d’autres pages.

4. Le guest blogging pour se remettre en question

Ecrire pour être lu. C’est là toute la difficulté du blog. Certains retours – les commentaires, les partages, les recommandations, ou même parfois les mails – permettent de mesurer le plaisir et la compréhension du lecteur. Mais cela reste extrêmement hardu de connaître ses défauts, ses lacunes et ses défaillances. Peut-être que tel ou tel article n’aborde pas le problème de la bonne manière. Ou est illisible. Voire complètement à côté de la plaque en termes de bonnes pratiques de rédaction web. En bref, sans partenaires, pas de remise en question. Et sans remise en question, pas d’évolution (et c’est là que je vous invite à laisser de nombreux commentaires critiques, ils sont attendus !).

5. Le guest blogging favorise les échanges

Tu me donnes, je te donne. Si le principe du guest blogging se veut gagnant gagnant pour l’invité et son hébergeur, il permet aussi des échanges. La bonne pratique voudrait en effet qu’un auteur invité propose à l’hébergeur d’écrire à son tour un article en tant qu’invité. Et

l’échange peut se renouveler de cette manière, en restant dans une stratégie « win-win ». On peut même imaginer des partenariats naissants. Et franchement, l’échange et le partage, ce sont quand même des pierres d’angle d’internet…

Et on parlait d’obligations…

Des obligations, il y en a quand même. Pour le guest blogger, d’abord. Comme la maîtrise d’une écriture sans fautes, et le respect de la ligne éditoriale du blog, encore plus si elle a été évoquée ensemble. Su Geo Seo par exemple, on fait de la place pour la communication et la rédaction web, les techniques du net, les jeux vidéo, mais aussi des billets d’humeur et d’humour.
Ce qui amène directement aux obligations du blog hébergeur. D’abord, pas question de retoucher à l’article de l’auteur invité, sauf à se mettre d’accord ensemble : la signature de l’auteur l’engage dans ses propos. Ensuite, nous avons une réputation à sauvegarder, et celles des auteurs invités sur le blog rentre désormais dans le lot. Enfin, de la discussion et de la communication. Beaucoup. Pour savoir dire « non » si l’article proposé ne suit pas la ligne éditoriale, ou savoir aider avec diplomatie et respect si cet article demande des modifications. Histoire de faire en sorte que la stratégie « win-win » reste vraie, et épanouissante pour tout le monde…

Your Thoughts